Sports Football

Entretien exclusif avec Segbefia Kossi Prince, milieu de terrain international togolais

Publié le jeudi 7 juin 2018, par Leader

En vacances à Lomé pour quelques semaines, l’international togolais Segbefia Kossi Prince (SKP), 27 ans, qui a passé une demi-saison avec son nouveau club Gazisehir Gaziantep, vient d’accorder une interview à Emergence-togo.com.
En rappel, le club Gazisehir Gaziantep est une formation qu’il a rejointe le 17 Janvier 2018 avec un contrat qui court jusqu’au 30 juin 2020 soit 2 saisons et demi. Bien avant l’entretien, nous avons surpris SKP en pleine séance de musculation et de jogging chez lui.
Lecture !

Emergence-togo.com : Prince, chose plus ou moins étonnante, même pendant les vacances, vous êtes à pied d’œuvre ?

Segbefia Kossi Prince (SKP) : Merci pour l’opportunité que vous accordez.(Sourire) No food for lazy man. Comme le dit-on, l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Malgré que je sois en vacances, étant un sportif, je ne perds pas de vue l’essentiel, et c’est ce que j’étais en train de faire à travers des exercices physiques, musculations et autres accompagnés d’une bonne musique. Tout ceci pour garder la forme avant la pré-saison.

Parlez-nous un peu de la demi-saison passée avec Gazisehir Gaziantep, votre nouveau club.

Je peux dire que le bilan est positif pour cette première demi-saison que j’ai passée avec mon nouveau club car, j’ai gagné en régularité, j’ai eu beaucoup de temps de jeu.
Au finish, notre équipe est classée 6ème pour cette saison 2017-2018 avec à la clé, une finale des play-off perdue au cours des fatidiques séances des tirs au but.
Ainsi va le football, même si on a envie de tout gagner, parfois, ça ne se passe pas comme on veut.
Nous allons continuer par travailler pour mieux répondre aux échéances à venir.

Que faites-vous de vos journées pendant les vacances ?

Les moments de vacances me permettent d’être plus proche de mes amis. Je passe de bons moments en famille, on fait des jeux (cartes et autres), on regarde des films.
Mais je n’oublie pas l’essentiel qui est celui de se mettre en forme. Donc, chaque soir, je consacre une heure pour des séances comme je l’avais dit plus haut.

Qu’est-ce qui fait la force de SKP ?

C’est le mental. Car, en considérant la dernière saison passée à AS Izmir GOZTEPE, où on a accédé en division d’élite et après, patatras, avec quelques chamboulements au sein du club, notamment le changement d’entraîneur, je n’ai pas eu assez de temps de jeu. Tout ceci avec en toile de fond, quelques temps passés à l’infirmerie.
Donc, j’ai décidé d’aller voir ailleurs. Raison pour laquelle, je suis actuellement à Gazisehir Gaziantep, même si c’est un club de D2, contrairement à l’autre avec lequel j’ai accédé en première division.
L’essentiel pour moi est d’avoir un temps de jeu pour mieux vivre ma passion, celle de jouer au football tout en travaillant dur pour être plus fort.

Y a-t-il des avantages à être un footballeur professionnel ?

Si, car dans la plupart des cas, on gagne bien sa vie tout en prenant du plaisir, celui de jouer au football qui est une vraie passion. Je ne demande pas mieux que ça. Je remercie Dieu pour ma vie.

Votre meilleur souvenir pour cette demi-saison bouclée avec Gazisehir Gaziantep ?

J’ai fait une passe décisive à Pierre Webo en demi-finale des play-off et derrière, il a marqué un super but. Je vais continuer par bosser très dur pour en délivrer autant prochainement.

Vos meilleurs souvenirs depuis le début de votre carrière ?

J’en ai plein, mais quelques uns retiennent mon attention, notamment la finale de la CAN U-17 avec les Eperviers du Togo à Lomé contre le Nigeria, une finale qu’on a malheureusement perdue. Je l’ai en mémoire car c’est par là qu’est venu le déclic de ma carrière. Et aussi, toujours avec les Eperviers, mais cette fois-ci chez les seniors, on a accédé pour une première fois dans l’histoire du football de notre pays aux quarts de finales lors de la CAN 2013 Afrique du Sud contre le Burkina Faso et bien d’autres en club. Pour faire court, je m’arrête là.

Les relations de Prince avec les autres internationaux togolais ?

Nous sommes tous en contact. L’entente et les relations sont au beau fixe.

Depuis un bon moment, tu n’es plus convoqué en sélection, comment vivez-vous cela ?

Je respire la sérénité, je garde le calme tout en continuant de travailler très dur pour répondre aux attentes des uns et des autres quand on aura besoin de moi.

Dites-nous, qui vous a donné l’envie de jouer au football ?

C’est notre grand frère Segbefia Kwashi, l’aîné de la famille. Il avait un talent hors-pair, fou mais malheureusement, il n’a pas pu vivre comme moi et Elikem cette vraie passion au haut niveau. Dans le temps, les gens venaient du Ghana pour le solliciter pour des compétitions. Dieu aidant, j’ai suivi un peu ses pas et aussi quelques grandes stars m’ont donné beaucoup d’envies.

Si Dieu donne la chance à SKP de choisir une prochaine destination dans sa carrière, que choisira t-il ?

(Sourire) D’emblée, je choisirai le FC Barcelone parce que j’aime ce club.
(Sourire) Il est permis de rêver dans la vie.

Vos loisirs préférés ?

J’en ai une tonne mais ce que j’aime le plus, c’est la danse et les films.
Vivre et rigoler en famille. Rien de plus beau que d’être entouré par des gens bons.

D’aucuns disent que SKP est un homme généreux, au grand cœur. le confirmez-vous ?

(Rire) C’est Dieu. Le bon Dieu passe toujours par les humains pour faire des choses. Donc, je n’hésite pas à répondre à cet appel du Créateur. J’ai connu le besoin et je sais ce que c’est que le besoin. Donc, si l’opportunité de porter assistance à quelqu’un se présente, je le fais sans me poser des questions. Le peu que je peux faire, je le ferai toujours.

Natif de Kodjoviakopé, vous êtes aussi une référence pour la jeunesse de votre quartier. Un message à l’endroit de celle-ci.

Je dirai à cette jeunesse de ne jamais baisser les bras, de toujours croire en ce qu’elle entreprend et surtout, de prier sans cesse.

Messi et Ronaldo (CR7), sont deux fleurons principaux du football dans le monde. Selon vous, qui est le meilleur ?

Oui vraiment, les deux sont des poids lourds, des phénomènes du monde footballistique. Mais, en tant que fervent supporter du FC Barcelone, je prends Léo Messi. Attention, c’est le Messie du football planétaire comme l’indique son nom.

Dans quelques jours, le monde entier vibrera au rythme de la grande messe du football (CDM-Russie 2018). Quelle est l’équipe de votre cœur ?

Depuis tout petit, j’ai toujours supporté les bleus, les tricolores de France, bref le coq sportif. Et aussi, grâce à mon amour pour le FC Barcelone, je choisis l’Espagne.
Mais, attention ! Je suis Africain et fier de l’être. Donc je suis derrière toutes les équipes africaines. Alors, bonne chance à elles.

Un mot à l’endroit de vos fans ?

Coucou et merci à vous tous pour me soutenez. Je vous aime comme vous m’aimez, continuons par y croire, le meilleur reste à venir.

Segbefia Kossi Prince, je vous remercie.

C’est un vrai plaisir.

Propos recueillis et transcris par Charles Yao KPOWOADAN