Société

L’ANCE-Togo appelle à combattre efficacement la corruption

Publié le mercredi 7 novembre 2018, par Yiago Nazzarrio

La corruption constitue un frein au développement. Comment le combattre ? La problématique fait l’objectif d’un atelier au cours duquel les participants ont vu leurs capacités renforcées pour des actions de lutte plus efficaces.

Ce mardi 6 octobre, s’est déroulée à Lomé une rencontre de renforcement des capacités d’une trentaine d’acteurs de la société civile et du secteur public sur la lutte contre la corruption. Organisée par l’Alliance Nationale des Consommateurs et de l’Environnement au Togo (ANCE-Togo) en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l’Union européenne, elle a permis aux participants de revisiter les textes nationaux et les instruments internationaux relatifs à la prévention et à la lutte contre la corruption et aux infractions assimilées.
La corruption représente 1000 milliards de dollars de pots-de-vin et 2600 milliards de dollars, soit 5% du Produit intérieur brut (PIB) mondial prennent une destination inconnue. En Afrique (les pays en développement de façon générale), les sommes détournées sont estimées à dix fois supérieures à l’aide publique au développement.

Il est donc urgent de partager les expériences, les techniques et les approches dans la lutte contre ce phénomène, souligne Fabrice Ebeh, Directeur exécutif de l’ONG ANCE-Togo. « Aucun pays ne pourra atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) sans combattre efficacement la corruption et les infractions assimilées », précise-t-il.
L’atelier organise ce mardi a permis « de capitaliser les expériences déjà acquises mais aussi de renforcer nos connaissances à travers les enseignements donnés par les experts internationaux, régionaux et nationaux afin de lutter efficacement contre ce fléau. Elle permettra en outre de booster l’engagement citoyen et l’éclosion de nouvelles initiatives citoyennes pour mieux combattre ce mal dans notre pays », ajoute-t-il.
Ce fléau, insiste Mactar Fall, le Représentant-résident adjoint du PNUD au Togo, « décourage les investisseurs et les partenaires étrangers à s’impliquer dans le développement du pays », a-t-il ajouté. C’est pourquoi depuis 2004, rappelle-t-il, les Nations Unies adopté une Convention contre elle.