Société

Togo/ 286 morts sur nos routes pour le premier semestre 2018, dénombre le ministère de la sécurité

Publié le lundi 6 août 2018, par Leader

En collaboration avec le ministère des transports et des infrastructures, et avec la présence de Kodjo Adédzé, commissaire général de l’Office Togolais des Recettes (OTR), le ministère de la sécurité et de la protection civile avec à sa tête le Général de Brigade Yark Damehame (photo) a présenté ce vendredi 3 Août à Lomé, la situation sécuritaire du pays au cours des six (6) premiers mois de l’année en cours (Janvier à juin 2018).

On note une légère augmentation de décès par rapport au premier semestre de l’année précédente (2017). 286 morts au cours du premier semestre 2018 (et 3817 blessés) contre 265 morts pour le bilan de la même période en 2017. Tel le soleil se lève à l’Est et se couche à l’Ouest comme on l’a appris à l’école, les causes des accidents de la circulation aussi ne changent pas. L’excès de vitesse, la conduite en état d’ébriété, ou sous l’influence de substances psychotropes, le non respect ou l’absence de dispositions de sécurité ( casques, ceintures de sécurité...), sont entre autres les causes de ces cas de décès.

Dans 5287 cas d’accidents enregistrés, les usagers d’engins à deux (2) roues sont les plus impliqués avec environ 63% soit 3348 cas enregistrés.

Pour cela, les deux autorités exhortent les syndicats des transporteurs, aux respects des règles et mesures de sécurité de même que pour tous.

On note également, 37 cas de suicide dont 16 à Lomé pour causes de toxicomanie, déception amoureuse. 14 morts par lynchages et 57 décès par noyade.

Quant à l’opération de saisie de carburant illicite dénommée "opération entonnoir, 139 368 litres de carburant ont été saisis, ainsi que 142 voitures, 56 motos immobilisées. En outre, 12 personnes ont été arrêtées et déférées. Ce sont entre autres le bilan pour ce premier semestre 2018.

On dénombre aussi des tentatives d’enlèvement de la part des peuhls.

Sans trop se jeter des fleurs, même si la hausse de la criminalité inquiète le Général, notons tout de même que le Togo a occupé le deuxième (2è) rang dans l’Union Économique Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), en matière de sécurité des populations et de leurs biens.

KPOWOADAN Yao